Prévention du phénomène des enfants de la rue dans les communes du Sud de la République du Bénin

Dans sa dynamique d’endiguer le phénomène des enfants de la rue, Perspectives / Actions Communautaires pour l’Enfance (PeACE-ONG) a opté pour une approche communautaire de protection des enfants.

Pour y arriver, PeACE-ONG a, officiellement, lancé le jeudi 22 novembre 2018 le projet dénommé : « Prévention du phénomène des enfants de la rue dans les communes du Sud de la République du Bénin ».

La durée du projet est de trois (03) ans : 1er Octobre 2018 au 31 décembre 2021

ZONES D'INTERVENTION

Le projet « Prévention du phénomène des enfants de la rue dans les communes du Sud de la République du Bénin » est mis en œuvre dans les départements de l’Atlantique et du Couffo.  Il s’agit de :

Atlantique

    – Commune de Zè

    – Commune de Sô-Ava

    – Commune de Tori-Bossito

    – Commune de Kpomassè

Couffo

    – Commune de Dogbo

    – Commune de Djakotomey

GROUPES CIBLES

Les groupes cibles directement concernés par le projet sont : 

Individus

– Les enfants âgés de 5 à 18 ans

– Les ménages

– Les enseignants

– Les maitres artisans

– Les leaders religieux et traditionnels

– Les élus locaux

– Les populations des communes d’intervention

 

Structures et institutions

– Les Associations de Parents d’Elèves (APE), de Mères d’Enfants (AME) et des Parents d’Apprentis (APA)

– Les collectifs d’artisans

– Les syndicats des transporteurs

– Les groupements de femmes

– Les associations/clubs d’enfants

Cibles indirectes

– Les médias

– Les personnalités/autorités politico-administratives

OBJECTIFS DU PROJET

Objectif global (Impact)

Contribuer à la réalisation de la convention des droits de l’enfant au Bénin.

Objectif du projet

Contribuer à la réduction du flux d’enfants des communes du Sud-Bénin vers la rue.

Objectifs spécifiques

Objectif Spécifique 1 : La société civile s’engage aux côtés de l’équipe du projet pour la défense des droits de l’enfant.

Objectif Spécifique 2 : Les conseils communaux et les structures sociales/ communautaires dans les zones d’intervention du projet sont impliqués dans la lutte contre le flux des enfants vers la rue.

Objectif Spécifique 3 : Les pratiques socioculturelles favorisant le développement des enfants et la capacité socioéconomique des familles ou des ménages sont renforcées.

Objectif Spécifique 4 : PeACE-ONG communique et médiatise les actions du projet.

RÉSULTATS ATTENDUS DU PROJET

R1.1. Les mécanismes de vulgarisation et de mise en œuvre du code de l’enfant sont renforcés.

R1.2. Le consortium des ONG se mobilise autour des préoccupations émergentes et alarmantes en matière de protection des droits de l’enfant (décrets d’application du code de l’enfant, déclaration des actes de naissance, la mobilité, les châtiments corporels).

R1.3. PeACE-ONG s’implique dans la mise en œuvre des instruments juridiques internationaux en faveur de l’enfance.

R2.1. Les conseils communaux des zones d’intervention du projet sont de plus en plus préoccupés par la protection de l’enfance.

R2.2. Les structures sociales communautaires et départementales sensibles à la protection de l’enfant dans les communes d’intervention du projet sont renforcées. 

R3.1. Les familles et les ménages se mobilisent contre la traite et l’exploitation des enfants.

R3.2. Les espaces socio-culturels en faveur des enfants et des jeunes sont animés dans les communes d’intervention du projet.

R3.3. La capacité socio-économique des familles ou des ménages est améliorée. 

R4.1. Les activités du projet sont rendues visibles.

QUELQUES ACTIONS MAJEURES DU PROJET

– Imprimer et vulgariser 5.000 exemplaires du code de l’enfant dans les communes d’intervention du projet et au sein des structures étatiques et de la société civile active dans la protection de l’enfance

– Concevoir et mettre à disposition des Chefs village 1.250 cahiers de recensement des naissances hors centre de santé

– Organiser 20 ateliers de formation en faveur des maires, des chefs de village, des conseillers communaux, des administratifs / secrétaires d’arrondissement et des agents de la Mairie sur les dispositions du code de l’enfant 

– Organiser 36 séances de sensibilisation grand public (populations) dans les villages et communes d’intervention sur le code de l’enfant 

– Animer 30 émissions thématiques sur les radios communautaires

– Organiser des réunions trimestrielles du consortium des quatre ONG (PeACE, ESAM, DAPI et AUTRE VIE)

– Organiser chaque année, en tant que consortium des ONG, un plaidoyer en faveur de l’enfance

– Publier les recommandations issues de la 71ème session du comité des droits de l’enfant et suivre la mise en œuvre desdites recommandations en étroite collaboration avec les acteurs étatiques et de la société civile

– Faire des plaidoyers à l’endroit des conseils communaux des communes d’intervention du projet pour l’inclusion des préoccupations liées à la protection de l’enfance dans leurs plans de développement 

– Faire des plaidoyers à l’endroit des conseils communaux pour l’organisation des cours de renforcement aux candidats aux divers examens et pour le renforcement des centres de loisirs

– Organiser 24 sessions de sensibilisation/formation ou de recyclage et d’échange d’expériences sur les thématiques de protection de l’enfant, en faveur des personnes membres des structures sociales communautaires

– Former/recycler 400 enseignants et 80 maîtres artisans sur les mesures alternatives aux châtiments corporels

– Organiser deux campagnes de sensibilisation sur le harcèlement sexuel par an, dans des écoles et ateliers des communes d’intervention  

– Mettre en place un système de « corporate » et de signalement au sein des acteurs clés du projet en collaboration avec les structures sociales /communautaires 

– Animer 144 séances d’activités socio-éducatives avec les enfants

– Organiser des tournois (football, handball…) pendant les vacances

– Former les 1500 ménages sur la gestion des ressources financières 

– Faire des appuis ponctuels à 400 enfants en situation de vulnérabilité selon les besoins

– Faire des appuis à 300 ménages les plus vulnérables en vue des activités génératrices de revenus

– Renforcer 18 groupements féminins dans l’exercice des Activités Génératrices de Revenus (AGR) 

– Médiatiser (Télévision, Radio, Internet, Presse écrite) les actions phares du projet

PARTENAIRES LOCAUX DU PROJET

Les conseils communaux

Les Centres de Promotion Sociale (CPS) 

La Police Républicaine (PR)

Les autorités politico-administratives

Les collectifs d’artisans

Les enseignants 

Les leaders traditionnels et religieux

Les associations de parents d’enfants 

Les transporteurs

Les groupements de femmes

Les parents / tuteurs

Les associations d’enfants et de jeunes

Les médias communautaires

PeACE-ONG bénéficie de l’appui technique de la Caritas Allemagne (DCV) et de l’appui financier du Ministère de la Coopération Allemande (BMZ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *