« STOP HARCÈLEMENT SEXUEL » : LA COMMUNE DE KPOMASSE REÇOIT PeACE-ONG

Les élèves et les apprentis outillés !

Perspectives / Actions Communautaires pour l’Enfance (PeACE-ONG) est une organisation qui œuvre pour la protection et la promotion des droits de l’enfant. Au cours du mois de mai 2019, elle a initié et organisé dans la commune de KPOMASSE une campagne de sensibilisation dénommée « STOP HARCELEMENT SEUXEL ».

Dans la commune de KPOMASSE, la campagne a été faite en direction des élèves et apprentis des arrondissements de Tokpa-Domè, de Dedomè, de Kpomassè Centre et de Dékanmè.

Sous la conduite du Coordonnateur de la Zone TORI-BOSSITO/KPOMASSE, Wilfried LISSA, les activités se sont déroulées de façon rotative dans les Collèges d’Enseignement Général et dans les Ateliers d’apprentissage. Il a conduit les diverses sensibilisations avec la participation de l’Animatrice Communautaire, Antoinette GANGNY. Cette dernière a assuré la mobilisation sociale et les animations de mise en condition des participants avant le démarrage proprement dit des séances de sensibilisation.

Rencontre des apprentis de l’arrondissement de Kpomassè Centre

Les apprentis, eux-mêmes, ont essayé de répondre et ont posé d’autres questions : comment peut-on reconnaître une personne harcelée ? Où peut-on dénoncer un fait de harcèlement sexuel ?

Dans sa communication, le Coordonnateur, en se basant sur les dispositions de la loi n°2011-26 du 09 janvier 2012 portant prévention et répression des violences faites aux femmes et sur celles de la loi n° 2015-08 du 8 décembre 2015 portant code de l’enfant en République du Bénin, a défini le harcèlement sexuel et apporté des éléments de réponses aux diverses préoccupations des apprentis. Les peines pénales encourues par les harceleurs ont été lues et expliquées aux participants.

Pour le porte-parole des patrons d’ateliers, PeACE-ONG est à remercier et féliciter pour ses activités dans la commune de KPOMASSE. Pour lui, c’est une bonne initiative et qui est en même temps une opportunité pour les apprentis de savoir désormais comment se prendre en situation de harcèlement. Il a, enfin, souhaité que PeACE-ONG organise ces genres de sensibilisations au profit des apprentis au moins une fois par mois.

  • Rencontre des élèves du CEG Dédomè

Le jeudi 09 mai 2019, la même équipe s’est rendue au CEG Dédomè pour sensibiliser les élèves sur le même thème. Environ, une centaine d’élèves et six (06) enseignants y compris les membres de l’administration étaient ont participé à la séance.

Après l’étape de mise en condition, c’est le Directeur du CEG Dédomè, Monsieur Casimir MEVO qui a planté le décor en remerciant PeACE-ONG pour l’initiative et a exhorté les élèves à une écoute attentive.

Les questions ayant fait objet d’échanges sont les suivantes : qu’est-ce-que le harcèlement sexuel ? qui sont les personnes qui peuvent harceler ? comment le harcèlement se manifeste-t-il en milieu scolaire ?  Où et comment dénoncer les cas de harcèlement sexuel ?

Mais avant la communication, les apprenants ont d’abord fait des démonstrations sur les manifestations, les formes de harcèlement sexuel : démarches provocatrices des filles qui s’habillent en tenue kaki très sexy et qui laissent apparaître des perles et/ou les seins, les  »jeux de phares » avec les yeux, des professeurs qui donnent zéro aux élèves filles juste parce qu’elles n’ont pas répondu à une question posée sur le cours précédent par exemple…

La communication a permis aux participants de mieux comprendre la notion de harcèlement sexuel. Par ailleurs, une élève a essayé de convaincre ses paires sur les avantages de la débauche sexuelle. Selon cette dernière, la débauche sexuelle aurait des avantages comme l’argent et l’enfant. Le Coordonnateur, appuyé par le Directeur du CEG, a fait comprendre à tous les élèves que la débauche sexuelle n’est pas une bonne chose. Les avantages énumérés ne sont qu’un mirage ; la débauche sexuelle peut engendrer de lourdes conséquences voire inversibles.

  • Rencontre des élèves du CEG Kpomassè Centre

Le jeudi 09 mai 2019, l’équipe s’est rendue au CEG Kpomassè Centre pour la même campagne de sensibilisation. Celle-ci a réuni environ quatre-vingts (80) élèves de ce collège avec quatre (04) membres de l’administration.

C’est un après-midi, pas comme les autres au CEG Kpomassè Centre. Pour la circonstance, habillé aux couleurs de la campagne, le censeur du CEG, Monsieur Mathieu TOSSA a exhorté les élèves à participer activement à la séance. A l’instar de leurs pairs des autres CEG, les élèves ont mis en scène quelques faits de harcèlement sexuel. A la suite de la communication, la principale question posée par les élèves était de savoir à qui il faut se plaindre des cas de harcèlement sexuel. Les personnes et/ou structures susceptibles de recevoir leur plainte et de les accompagner ont été énumérées aux participants.

  • Rencontre des élèves du CEG Tokpa-domè

Le lundi 13 mai 2019, l’équipe s’est rendue au CEG Tokpa-Domè. C’est la période des cérémonies des couleurs qui a été choisie pour l’activité pour atteindre un plus grand nombre d’élèves. Le Directeur du CEG Tokpa-Domè, Monsieur Edouard GODONOU a présenté PeACE-ONG aux élèves. Il a, ensuite, adressé ses remerciements à PeACE-ONG pour son engagement dans la protection des enfants.

Les échanges ont permis d’attirer l’attention des élèves et des enseignants sur les conséquences du harcèlement sexuel dans la vie des apprenants. Les élèves ont posé de questions auxquelles des réponses ont été données. Environ, six cents (600) apprenants et treize (13) enseignants y compris tous les membres de l’administration ont participé à la séance.

  • Rencontre des élèves du CEG Dékanmè

Le CEG Dékanmè était aux couleurs de la campagne « STOP HARCELEMENT SEXUEL » ce mercredi 15 mai 2019. La délégation composée de l’équipe de la zone et du Directeur Exécutif de PeACE-ONG, Monsieur Roch MAFORIKAN a échangé avec les élèves sur le harcèlement sexuel. La séance a démarré par une mise en condition des participants à travers une petite chorégraphie.

Le brainstorming a permis de recueillir la perception des participants sur le concept du harcèlement sexuel. Cette sensibilisation a été une occasion pour les apprenants de s’exprimer librement sur des faits considérés comme tabou. Les élèves ont défini, de façon opérationnelle, le harcèlement sexuel et ont fait des démonstrations pour étayer leur définition. Il est apparu que certains termes sont utilisés pour désigner les filles et les garçons. Les filles sont appelées « pages » en fonction de leurs formes et les garçons sont des « bics ». Ainsi, pour les apprenants, il y a des filles de 100 pages, de 200 pages, de 300 pages….  Le communicateur a profité de l’occasion pour attirer l’attention des élèves sur l’usage des sobriquets en matiere de harcèlement sexuel.

La synthèse des divers échanges a permis aux quatre-vingt-quinze (95) élèves de retenir l’essentiel sur le harcèlement sexuel. Pour Monsieur Roch MAFORIKAN, l’administration du CEG Dékanmè est à féliciter pour avoir invité PeACE-ONG à réaliser ladite campagne au sein du collège.

  • Rencontre des apprentis de l’arrondissement de Tokpa-Domè

Le dernier acte de la campagne « STOP HARCELEMENT SEXUEL » dans la commune de Kpomassè est la rencontre des apprentis des ateliers de l’arrondissement de Tokpa-Domè. En effet, c’est dans l’après-midi du mercredi 15 mai 2019 que l’équipe de PeACE-ONG a sensibilisé les apprentis de l’arrondissement de Tokpa-Domè sur le harcèlement sexuel. Etaient aussi présents, des apprentis venus des arrondissements de Sègbèya et d’Aganmalomè. Plus de deux cents (200) apprenants ont participé à la séance. Le harcèlement sexuel à travers sa définition, ses manifestations a été abordé. Les voies de recours en cas de harcèlement ont été énumérées et expliquées aux participants. Tout en remerciant PeACE-ONG, le Chef de l’arrondissement de Tokpa-Domè, Monsieur Pascal GOVI AYEBOUA a prodigué quelques conseils aux apprentis sur le harcèlement sexuel en langue locale « péda ». Quant aux patrons présents, ils ont souhaité que la séance soit rééditée au profit des apprentis.

Soulignons que des cadeaux (Lacoste, casquettes, documents du code de l’enfant) ont été donnés aux participants ayant bien répondu aux questions ou ayant participé activement aux échanges.

Au total, 1.150 personnes (dont 1.115 élèves et apprentis) ont été touchés par la campagne « STOP HARCELEMENT SEXUEL » dans la commune de KPOMASSE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *